Mes débuts en développement personnel

"Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait 10 fois le tour du monde. Mais celui qui a fait 1 seule fois le tour de lui-même" - Gandhi

Tout a commencé avec une bonne tasse de thé et de la curiosité.

Le développement personnel, c’est un mot un peu bizarre. On ne sait jamais trop ce que ça veut dire… Certains imaginent des lectures et de la méditation, d’autres pensent que c’est pour les hippies qui cherchent un sens à leur vie. Dans tous les cas, on s’en fait une image un peu mystique et impossible à définir précisément.


Alors, qu’est-ce que c’est ?

Tout simplement, c’est une manière de mieux se connaître, d’apprendre à se valoriser et de se fixer des objectifs. Bon, je l’admets, c’est assez vaste comme définition.

Que ça soit un déclic ou un cheminement progressif, tu as décidé d’arrêter de t’auto-limiter, de te critiquer, ou encore de dire stop à la procrastination. C’est bien ! Il faut de la lucidité et de l'honnêteté pour admettre ses points faibles et essayer de les corriger !


Tu pourras trouver beaucoup de supports différents pour te lancer dans le développement personnel. Des livres, des conférences, des vidéos, des infographies… Tu n’as qu’à choisir ce qui te correspond le plus.

Je te conseille quand même de commencer doucement. Par exemple en cherchant quels sont les livres pour débutants (plus petits et plus digestes) ou en commençant avec des conférences de 40 minutes au lieu de 2 heures et demie.

On a tendance à se lancer à fond quand on est intrigué, d’autant plus si on te promet des miracles et un changement de vie complet ! Mais garde les pieds sur terre. N’oublie pas que ceux qui te disent “j’ai changé ma vie grâce à…” cherche aussi parfois à te vendre du rêve (et leurs produits).

Il faut apprendre à faire la part des choses. Oui, le développement personnel est une philosophie de vie qui pourrait bien te changer, mais ça ne se fera qu’au prix de grands efforts et de remises en question parfois douloureuses.




On nous demande de plus en plus de performance au travail, quitte à mettre de côté les qualités humaines.

Notre société est souvent trop jugeante

Dans notre monde, on est constamment poussé à se dévaloriser. Notre société est jugeante: dès tout petit on doit avoir telles notes, on doit jouer à tel jeu pour “être une fille”, puis on doit viser des études supérieures “sinon tu ne trouveras jamais de travail”... Notre vie est toute tracée avant même qu’on ai le temps de réfléchir par nous-mêmes.


C’est ce manque de temps et de réflexion qui donne aux adultes de notre génération l’impression de suivre un modèle, mais de ne pas être soi-même. Tout va trop vite. On doit faire des études, décrocher un job dans les 6 mois qui suivent le diplôme, rencontrer quelqu’un, vivre ensemble, se marier, prendre un chien, faire des enfants. Tout ça avant 30 ans sinon on a droit au fameux “mais quand est-ce que tu me feras des petits-enfants?”.


On ne laisse pas le temps aux adolescents et aux jeunes adultes d’apprendre à se connaître. Qu’est-ce que j’aime dans la vie? Qu’est-ce que j’attends de l’amour? Qu’est-ce qui serait idéal pour moi professionnellement? Comment participer dans le monde dans lequel je vis?

Ce sont des questions difficiles, très abstraites, mais essentielles pour se construire.


En fait, on a simplement retiré toute philosophie.

Le monde est en compétition constante, pour “réussir” sa vie, pour avoir un bon (gros) salaire, pour avoir la famille parfaite… Nous sommes inlassablement noté au travail et sur les réseaux, évalués et mis dans des cases par nos proches et même des inconnus.

La performance et les étiquettes sont devenues nos références.


Mais alors comment faire pour sortir de ce modèle? Je te vois déjà me dire “je veux bien te croire Déborah, mais je fais comment, moi, si je veux tout envoyer valser?”




Les réflexions sur notre personnalité peuvent prendre du temps, garde la motivation!

Se reconnecter à soi

As-tu déjà essayé de t’analyser toi-même? Je t’explique: pour jouer contre les règles du jeu, il vaut mieux déjà les connaître. Si tu ne sais même pas qui tu es, comment veux-tu changer?


Entamer une introspection est nécessaire. Tu dois te plonger au fond de toi-même. “Quand on me dit ça, je réagis comme ça… Pourquoi ? A quelle émotion ai-je affaire ? Est-ce que ça me renvoie à une certaine période de ma vie ?”.

Tirer des conclusions de ces réflexions peut être compliqué, car tu peux te retrouver à désapprouver une pensée ou un comportement qui, pourtant, font bien partie de toi! Si tu t’es convaincu toute ta vie que tu n’es pas rancunière, et que pourtant tes réflexions te prouvent que tu l'es, tu risques de faire un peu la tête… Mais je vais te dire une chose très importante pour avancer: ce n’est pas grave.


Il est primordial d’apprendre à te connaître. Et même parfois à être un peu égoïste! Laisse toi le temps de t’acclimater à tes sensations.

On fait souvent passer les émotions d’autrui en premier, en se disant par exemple que tel ou tel comportement aurait facilité une dispute. “Et mes sentiments à moi alors?”

Si tu ne penses pas à tes propres ressentis, personne ne le fera pour toi! Tu as totalement le droit d’aller t’excuser après coup, en expliquant que tu as réagis de telle manière parce que tu as été blessée. Ou bien même de poser tes propres limites en exprimant que tel sujet est trop difficile à aborder pour le moment, que tu as besoin de temps pour y réfléchir ou faire un deuil.

La remise en question est difficile, mais la récompense en est d’autant plus précieuse.




Tu auras besoin de calme pour penser à toutes ces choses qui te définissent.

Apprendre de soi

Comme je te l’ai dit un peu plus haut, tu dois apprendre à te dire “ce n’est pas grave”. L’acceptation est un sentiment très libérateur... quand il est réellement libéré. Pas d’inquiétude, tu tâtonneras au début! Il y a une différence entre le dire et en être profondément convaincue. Le plus important est de ne pas se culpabiliser inutilement.


Se connecter à ses émotions, ses traumatismes est un chemin long et sinueux. C’est pourquoi l’acceptation te sera d’une grande aide.

Je pense réellement qu’un grand retour en arrière est bénéfique pour se reconnecter à soi et apprendre à vivre en paix. Notre personnalité est construite grâce à nos expériences, donc une analyse de ses expériences et de ce qu’on en retient ne peut être que gratifiante.


Tu auras peut-être besoin d’aide pour effectuer cette rétrospective de ta vie. Certaines personnes préfèrent se faire accompagner par un psychologue, d’autres s’y mettent seules et d’autres encore participent à des groupes de soutien. Tu as l’embarras du choix sur l’accompagnement que tu souhaites recevoir!




Mon parcours n'a pas été de tout repos, et c'est pas fini!

Mon cheminement

Tu es peut-être curieuse de mon propre parcours. Comme je suis ici pour partager avec toi et essayer de te guider, je vais te parler de ce que j’ai traversé pour en arriver où je suis aujourd’hui.


De la manière la plus simple qui soit, j’ai eu un grand déclic en regardant le documentaire de Tony Robbins “I am not your guru” sur Netflix. Je commençais à me poser des questions sur mes objectifs de vie un peu avant ça déjà; mais ce documentaire m’a ouvert les yeux sur un problème récurrent de ma vie: je suis constamment en demande d’amour. Tout ce que je fais est inconsciemment contrôlé par mon besoin d’affection démesuré.


Je l’ai compris en faisant ce que Tony Robbins conseillait vers la fin du documentaire: en faisant une fiche avec la question qu’on se pose le plus souvent. Tout prend un sens une fois qu’on a identifié la problématique de nos actes.

Pour ma part, après de nombreux efforts, j’ai compris que ma question était “Qu’est-ce que je peux faire pour plaire à (insérer le nom de la personne concernée)?”. Je me suis rendue compte que par n’importe quel procédé, je me débrouillais pour donner dans l’attente de recevoir.

J’ai donc décidé de comprendre mon problème, de le retourner dans tous les sens, de voir tous les avantages et inconvénients qu’il apportait à ma vie.


Et j’ai entamé ma grande rétrospective. Ce fut laborieux! J’ai repris petit à petit tous les événements qui ont marqué ma vie; j’ai fait remonter leur souvenir et j’ai analysé les émotions que j’ai ressenti sur le moment et celles que je ressentais maintenant, avec du recul. C’est parfois difficile, mais c’est nécessaire.

Bien sûr, ça ne se fait pas en quelques heures, j’ai mis plusieurs jours à repasser toute ma vie (qui n’est pas encore si longue pourtant). J’ai pleuré, j’ai ri, j’ai repris espoir, j’ai été fière de moi.


Après ce moment difficile mais ô combien gratifiant, je me suis fixée 3 objectifs simples et réalisables en rapport avec ma question problématique. Je te les donne:

  1. Lorsqu’un souci se présente, penser d’abord à la manière la plus pratique de régler la chose (si je peux faire plaisir tant mieux, sinon tant pis)

  2. Passer plus de temps de qualité seule (lecture, apprentissage, blog, balades)

  3. Apprendre à déléguer, ne pas m’acharner à tout faire seule pour “prouver” que je vaux quelque chose


C’est ensuite que j’ai commencé à lire des petits livres de développement personnel.

En ce moment je lis Foutez-vous la paix ! de Fabrice Midal, il est petit et assez simple à lire, je te le conseille pour commencer.

Je revois souvent ma fiche de rétrospective et d’objectifs, pour ne pas oublier tout le chemin parcouru et encore à parcourir.





Alors, le développement personnel, c’est un truc de bobo? Je trouve que c’est plutôt un bon moyen de se remettre en question et d’apprendre à vivre avec soi-même. Après tout, dans la vie, on choisit son partenaire, son travail la plupart du temps; et c’est avec nous-même que l’on passera le plus de temps. Alors, autant s’apprécier :)

Qui suis-je ?

Salut, moi c'est Déborah !

Tu peux m'appeler Deb ;)

J'ai créé ce blog en novembre 2019, pour partager mes expériences et mon train de vie.

En lisant ma page à propos, tu verras que je suis passionnée de petite enfance. Tu trouveras donc sur ce blog quelques articles liés à l'éducation, au développement de l'enfant.

Tu pourras aussi lire sur les difficultés de la parentalité et ce qu'on appelle la matrescence. Si tu ne sais pas de quoi il s'agit, je ne peux que te conseiller ce merveilleux podcast, animé par Clémentine Sarlat, qui m'a énormément fait réfléchir sur ma place de femme et de future maman.

La Matrescence.jpg

En dehors du monde de la parentalité, tu trouveras des sujets plus légers. Organisation, développement personnel et expériences de vie font partie de ce blog, tout comme ils font partie de ma vie.

A travers ce blog, je partage la simplicité, l'authenticité. La vie d'une jeune femme, avec ses passions et ses difficultés.

Je suis là pour te faciliter la vie, pour te redonner un peu de motivation quand tu te fatigues.

Une petite fleur qui pousse sous la pluie :)

Le blog

Comment je fonctionne ?

Un nouvel article est posté tous les dimanches soirs.

Je partage mes petites joies avec toi, sur les réseaux sociaux.

En t'abonnant à ma liste privée, tu recevras par mail des bonus et ton code d'accès à l'Atelier.

Si tu as des suggestions à faire ou tout autre demande, tu peux me contacter sur mon mail :

blog@lafolleviededeb.com

Ici, on est entre copines. Donc même si tu as une question personnelle, que tu t'es posée en lisant un article, tu peux m'envoyer un mail :)

Mon Instagram

Rejoins-moi sur Instagram en cliquant ici :

  • Instagram

Mon Facebook

Rejoins-moi sur Facebook en cliquant ici :

  • Facebook

Fais moi savoir ce que tu penses

Ici tu peux m'envoyer un mail pour tout autre demande

Ton mail ne sera pas publié en commentaire

© 2019 by La Folle Vie de Deb. Proudly created with Wix.com